ETHEREUM 2.0 : la mise à jour SERENITY, un changement économique

Qu’est-ce que ETHEREUM 2.0 ?

Ethereum 2.0, également connu sous le nom de “mise à jour Serenity” ou “Eth2”, est une mise à jour majeure de la blockchain Ethereum qui sera publiée en quatre phases différentes. La phase 0 de la mise à jour a débuté en décembre 2020 et se poursuivra dans le temps.

Ethereum est la deuxième plus grande crypto-monnaie par capitalisation de marché et l’altcoin le mieux classé. Sa place sur le marché est désormais presque aussi importante que celle du bitcoin. Sans bitcoin, Ethereum n’aurait sans doute jamais été créé, mais sans Ethereum, le marché des crypto-monnaies tel que nous le connaissons aujourd’hui serait très différent.

La plupart des altcoins sont créés à l’aide de la norme du jeton ERC-20 et presque toutes les DeFi sont basées sur Ethereum. De ce fait, de plus en plus de ces altcoins étant développés sur Ethereum, le réseau est surchargé. Ce qui entraîne une augmentation des “gas fees”.

Dans le but d’accroître l’évolutivité, la vitesse et un bon nombre d’autres aspects, la communauté des développeurs d’Ethereum est donc en train de mettre au point une mise à jour appelée “Ethereum 2.0”, qui pourrait révolutionner le marché des crypto-monnaies.

Les hypothèses au sujet d’Ethereum 2.0 laissent encore planer beaucoup d’incertitude sur son stade final. Compte tenu de toutes les similitudes entre ETH 1.0 et 2.0, il est probable que vous vous posiez vous aussi quelques questions. Je vous ai donc compilé ci-dessous les réponses aux questions les plus fréquemment posées sur internet au sujet de la mise à jour Ethereum Serenity 2.0.

Note : Je ne suis pas votre conseiller financier. En effet, je crée du contenu (ebook, articles, vidéos, suggestions) pour vous aider à atteindre la liberté financière.

Qu’est-ce que Ethereum 1.0 ?

Créé en 2015 par un jeune programmeur nommée Vitalik Buterin, Ethereum 1.0 est le réseau Ethereum original et actuel.

Buterin voulait créer une plateforme pour des applications décentralisées et collaboratives.

Afin de remédier aux défauts qu’il voyait dans des projets tels que le bitcoin, il commença à développer Ethereum et publia son livre blanc en 2013. Le projet fut annoncé publiquement en janvier 2014 et Ethereum présenté lors d’une conférence sur le bitcoin à Miami.

Quelques mois plus tard, une ICO (Initial Coin Offering), un type de crowdfunding en crypto-monnaie, fut lancée pour financer le développement du projet. Quelque 18 millions de dollars furent collectés et avec ce montant, une entité fut finalement créée pour gérer le développement du logiciel originel de Ethereum.

Quelle est la différence entre Ethereum 1.0 et Ethereum 2.0 ?

La mise à jour Ethereum 2.0 apporte un certain nombre de nouvelles améliorations et des avantages significatifs à la mise à niveau globale de la blockchain ; qui s’appuie fortement sur les “chaînes de partition” (shards) pour le passage à un mécanisme de “Preuve d’Enjeu” (PoS).

En utilisant la technologie actuelle d’Ethereum 1.0, le système utilise grandement la puissance de calcul des mineurs et un mécanisme de consensus similaire de “preuve de travail” (PoW) pour vérifier les blocs et assurer la sécurité du réseau.

Le passage au PoS au lieu du PoW sur Ethereum améliore l’évolutivité, la sécurité et les performances générales. Le concept de preuve d’enjeu stipule qu’une personne peut extraire ou valider des transactions de blocs en fonction du nombre de jetons qu’elle détient.

Au lieu de s’appuyer sur les mineurs comme dans le cas du PoW d’Ethereum 1.0, le nouveau PoS d’Ethereum 2.0 utilise des validateurs et le stockage d’éther (ETH) – le nom du jeton qui alimente la blockchain Ethereum.

Ce mécanisme supplémentaire de fractionnement de la chaîne augmente l’efficacité d’Ethereum. Une amélioration bien nécessaire compte tenu de l’émergence et de l’explosion de la popularité de la finance décentralisée (DeFi).

En théorie, les chaînes fractionnées pourraient augmenter la vitesse des transactions en répartissant efficacement le mécanisme de traitement entre plusieurs nœuds. Cela permet de traiter un grand nombre de transactions simultanément.

Le groupe de réflexion ConSenSys de la fondation Ethereum compare chaque chaîne de partition à l’ajout d’une nouvelle “voie” sur une “autoroute”. Plus il y a de “voies”, plus la bande passante et l’évolutivité du réseau central d’Ethereum seront grandes. Les chaînes de partition ne font pas partie de la phase 0, mais seront incluses dans la phase 1 selon la feuille de route.

Qu’est-ce que la preuve d’enjeu ou preuve de participation ?

La preuve d’enjeu (Proof of Stak – PoS) est un algorithme de consensus qui repose sur des validateurs. Ces derniers sont récompensés par des ETH supplémentaires pour confirmer les transactions sur la blockchain Ethereum. Les validateurs sont essentiellement des “mineurs virtuels” qui remplissent une fonction similaire mais moins lucrative.

Quelle est la différence entre “preuve de travail” et “preuve d’enjeu” ?

La preuve de travail (PoW) repose sur un processus énergivore qui consomme la puissance de hachage générée par les mineurs. Il n’est pas nécessaire d’avoir des BTC pour miner des BTC. Les validateurs d’Ethereum doivent miser des ETH pour recevoir des récompenses supplémentaires. Les jetons de preuve d’enjeu permettent la fragmentation, améliorent potentiellement l’évolutivité et les performances.

La mise à jour Ethereum 2.0 a-t-elle été publiée ?

Oui, techniquement la phase 0 a été lancée pour la première fois en décembre 2020 avec l’introduction de la chaîne de balises (Beacon Chain). La chaîne de balises est un registre de tous les validateurs du réseau.

Cependant, comme il s’agit d’une version en plusieurs phases, la vision complète de la mise à jour n’a pas encore été présentée. La mise à jour de l’Ethereum 2.0 sera mis en œuvre via quatre phases différentes : Phase 0, Phase 1, Phase 1.5 et Phase 2.

Le lancement définitif d’Ethereum 2.0 prendra jusqu’en 2022, voire plus longtemps, de sorte qu’il ne sera pas entièrement lancé avant la fin de la phase 2.

Quelles sont les quatre étapes du lancement de l’Ethereum 2.0 ?

Ethereum 2 ne sera pas une blockchain unique, mais sera composé de plusieurs chaînes : une chaîne de balises principale (Beacon Chain) connectée à plusieurs sous-chaînes (shards).

La feuille de route d’Ethereum 2.0 se compose de quatre phases distinctes :

Phase 0.

La phase 0 est accessible depuis l’implémentation de la chaîne de balises. Comme mentionné ci-dessus, la chaîne de balises contient le registre des validateurs et est au cœur du mécanisme de consensus de la preuve d’enjeu de Ethereum. Au cours de cette période, la chaîne originale PoW continuera parallèlement à l’ETH 2.0, afin de garantir la cohérence des données entre les deux chaînes tout au long du processus.

Phase 1.

Techniquement, la phase 1 est la deuxième phase d’Ethereum 2.0, qui est actuellement prévue pour 2021. La phase 1 introduira un mécanisme de mise à l’échelle appelé “sharding” ou “chaînes de partition” (shards). Au total, la blockchain Ethereum sera fragmentée en 64 chaînes “shard”, permettant une bande passante au moins 64 fois supérieure à celle de la blockchain Ethereum originale. Beaucoup plus est prévu et attendu.

Phase 1.5.

La phase 1.5 n’est pas une phase de mise à niveau officielle pour Ethereum, mais c’est la période pendant laquelle les blockchains Ethereum 1.0 et Ethereum 2.0 seront fusionnées. Une fois la phase 1.5 terminée, la blockchain Ethereum 1.0 PoW fonctionnera comme un fragment de la blockchain Ethereum 2.0 PoS.

Phase 2.

La phase 2 est en fait la troisième et dernière phase d’Ethereum 2.0, qui devrait débuter en fin 2021 ou début 2022. Cette phase contient quelques détails vagues, mais traite généralement de la mise à l’échelle du backbone public et complète finalement la blockchain Ethereum 1.0. La phase finale propose également des améliorations pour les transferts et les retraits.

Quels sont les avantages d’Ethereum 2.0 ?

Ethereum 2.0 augmente l’évolutivité et la sécurité du réseau central public d’Ethereum. Au profit des détenteurs d’ETH, le battage médiatique entourant la mise à niveau a entraîné une hausse significative des prix, ce qui est un avantage en soi.

Ethereum 2.0 maintient l’intégrité de l’historique de la chaîne de tous les actifs, données et blocs, en ajoutant des chaînes de partition à la chaîne de balises. Cette nouvelle machine permet d’améliorer les performances d’Ethereum, mais aussi de soutenir plus de langages pour le développement de “smart” contracts.

Quels sont les inconvénients d’Ethereum 2.0 ?

Le plus gros inconvénient d’Ethereum 2.0 est la confusion qui règne encore. Beaucoup de gens ne savent pas qu’il se passe quelque chose, mais les discussions à ce sujet ont piqué la curiosité des investisseurs.

Il existe également un certain risque de perdre des fonds en raison de la “diminution” du nombre d’ETH bloqués sur le réseau. Par exemple, un validateur pourrait perdre des fonds en raison de sa mise hors ligne. Il s’agit d’une peine relativement légère : à peu près égale à la récompense qu’il aurait pu recevoir. Une participation minimale de 50% est requise pour ne pas perdre un enjeu.

Quel est l’avenir d’Ethereum 2.0 ?

L’évolutivité et les améliorations d’Ethereum 2.0 permettront des transactions et des Dapps beaucoup plus rapides. Les “fees” devraient diminuer et permettre davantage d’innovation à un coût moindre pour les utilisateurs et les développeurs.

Les applications DeFi pourront atteindre, voire dépasser, les rendements des systèmes financiers centralisés traditionnels.

Comment Ethereum 2.0 pourrait-il affecter le prix de d’Ethereum ?

Le lancement d’Ethereum 2.0 s’est déjà avéré bénéfique pour les détenteurs d’ETH. Depuis son lancement en décembre 2020, le prix d’un ETH a augmenté de 150 % et a atteint un nouveau sommet historique, dépassant le pic de 2018.

Après avoir surmonté la résistance du marché baissier, l’actif s’est transformé en une nouvelle tendance à la hausse. Les précédentes tendances haussières ont conduit à des retours sur investissement incroyables.

Ethereum 2.0 apportera-t-il plus de sécurité ?


Avec l’introduction de la chaîne “Beacon”, les validateurs seront affectés de manière aléatoire à différents “shards”. Ce qui rendra pratiquement impossible toute collusion entre les validateurs pour attaquer un “shard” spécifique.

Enfin, comme la preuve d’enjeu permettra de maintenir la légèreté des nœuds, davantage de personnes pourront devenir des validateurs, ce qui augmentera la décentralisation du réseau et réduira la surface d’attaque.

Comment gagner de l’argent avec Ethereum 2.0 ?

Ethereum 2.0, le Bitcoin FOMO et le sentiment haussier général sur le marché des crypto-monnaies ont conduit l’ETH à s’engager dans une tendance haussière par rapport au dollar. Ce qui rend l’achat baissier sur les positions longues potentiellement plus rentable.

Cependant, même les tendances haussières les plus fortes ont des revers et finissent par se terminer, il est donc important de se préparer avec des stratégies de trading qui couvrent les deux directions du marché.

C’est pourquoi s’appuyer sur une plateforme de trading de crypto-monnaies de confiance est essentiel pour réussir à monétiser l’opportunité que représente ETH 2.0.

AUTRES QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES SUR ETHEREUM 2.0

Ethereum 2.0 est-il une nouvelle crypto-monnaie ?

Non, Ethereum 2.0 est une mise à jour de la blockchain et de la monnaie Ethereum 1.0. Les ETH existants fonctionneront automatiquement avec l’adresse du contrat ETH 2.0 lorsqu’ils seront déposés.

Que se passera-t-il lorsque la mise à jour Ethereum 2.0 sera totalement publié ?

Le réseau Ethereum 2.0 passera d’un système de preuve de travail à un système de preuve d’enjeu. Dans un système de preuve de travail, les mineurs utilisent une puissance de calcul massive pour vérifier les transactions. Mais dans le système de preuve d’enjeu, les utilisateurs soumettront des Ethers pour se qualifier pour la vérification des transactions et gagner des jetons.

Ethereum 2.0 remplacera-t-il Ethereum ?

Oui. Dans la première phase, l’ancienne blockchain Ethereum sera progressivement éliminée et deviendra Ethereum 2.0.

Si vous possédez de l’ETH, il sera converti en ETH2. ETH2 ayant le même prix que ETH, quand la mise à niveau du réseau Ethereum sera terminée, votre ETH2 redeviendra ETH.

Pourquoi Ethereum 2.0 devient plus cher ?

Ethereum 2.0 n’est absolument pas lié aux variations de prix, mais il a suscité l’intérêt des investisseurs pour le projet… et comme il faut “staker” une certaine quantité d’ETH pour être récompensé, cela a entraîné une augmentation de la demande pour le jeton Ethereum 2.0, ce qui a entraîné une hausse des prix.

L’ETH 2.0 réduira-t-il les “gas fees” ?

Heureusement, avec le lancement d’Ethereum 2.0, ces frais tomberont à presque zéro, ce qui permettra aux gens d’utiliser plus facilement la DeFi.

En résumé

La mise à jour d’Ethereum 2.0 est l’un des principaux catalyseurs du marché haussier de l’Ethereum. La ruée pour acheter des ETH a fait grimper les prix, tout comme l’intérêt général autour de sa mise à jour.

Tout cela coïncide avec une tendance haussière plus large sur le marché des crypto-monnaies et l’explosion des applications DeFi qui utilisent l’ETH comme “carburant” pour le trading. Tout cela a permis à Ethereum d’atteindre un nouveau record historique… et ce n’est peut-être que le début de ce qui est à venir.

A présent que vous en savez assez sur l’Ether 2.0 voyons un peu comment le “staker”.

Comment faire du staking avec Ethereum ?

Chaque crypto-monnaie possède ses propres caractéristiques qui la distinguent des autres. Parmi elles, certaines autorisent le “staking”. Et justement, Ethereum est une des crypto-monnaies qui le permet, du moins lorsque la version 2.0 de cet actif numérique sera effective.

Le passage de la Proof of Work (PoW) à la Proof of Stake (PoS)

La possibilité de “staker” sur Ethereum est due à un changement dans le consensus d’approbation des transactions sur le réseau.

Au départ, Ethereum a opté pour la “preuve de travail”, comme le Bitcoin. Il s’agit d’un protocole très sûr, mais qui nécessite beaucoup de ressources lorsque le réseau est utilisé. Il en résulte un encombrement, qui se traduit par des transactions plus lentes et des frais plus élevés.

Les créateurs d’Ethereum avaient déjà prévu ce problème lorsqu’ils ont créé cet actif numérique. Cependant, ils ont décidé qu’il serait plus simple de lancer cette crypto-monnaie en utilisant un consensus de preuve de travail, même si l’équipe avait déjà l’ambition de lancer un jour un réseau fonctionnant sur un consensus de preuve de travail.

Au moment où nous écrivons ces lignes (octobre 2021), Ethereum fonctionne toujours sur un mécanisme PoW. Cependant, les utilisateurs peuvent déjà “staker” des Ethers sur le réseau pour devenir l’un des futurs validateurs lorsque la version PoS d’Ethereum 2.0 sera lancée.

Conditions dans lesquelles Ethereum 2.0 peut être “staké”

Nous connaissons déjà les conditions à remplir pour miser sur l’Ethereum 2.0 : avoir 32 ETH et les verrouiller dans le réseau. Cependant, comme tous les utilisateurs ne disposent pas de ce montant, les développeurs ont créé une alternative pour ceux qui ont moins de jetons ETH.

Première étape : acheter de l’Ether (ETH)

Si vous ne l’avez pas encore fait, n’oubliez pas d’acheter de l’Ether si vous voulez passer à l’étape suivante avec cette crypto-monnaie. Comme vous le verrez ci-dessous, vous pouvez “staker” des ETH quel que soit le nombre de jetons en votre possession. La seule condition étant de posséder au moins quelques jetons de cet actif numérique.

Cas 1 : Vous avez 32 ETH

Si vous disposez du montant requis de 32 ETH, vous pouvez devenir un “Full Validator” du réseau. Cela vous permettra d’assumer ce rôle et de bénéficier de tous les avantages (et inconvénients) qui y sont associés.

Cas 2 : Vous avez moins de 32 ETH

Malheureusement, il n’est pas toujours possible de posséder 32 ETH, surtout lorsque le prix de l’Ethereum est élevé. Si le jeton vaut 1500 €, vous devrez investir plus de 45000 € pour devenir un participant à part entière du réseau, ce qui est prohibitif pour la plupart des gens.

Les développeurs ont donc trouvé une solution à ce problème : les “pools de liquidité” (LP). En vous joignant à d’autres utilisateurs qui n’ont pas la possibilité de devenir des validateurs à part entière, chacun peut mettre en commun ses actifs numériques pour atteindre un total de 32 ETH. Chaque utilisateur sera récompensé en proportion de sa mise de départ.

Le “staking” d’Ethereum

“Staker” de l’ethereum 2.0 est-il rentable ?

L’Ethereum 2.0 a été lancé, mais il n’en est qu’à ses débuts. Lorsque qu’il avait été annoncé, il semblait que le “staking” serait à peine rentable, mais qu’il permettrait tout de même de réaliser des bénéfices. Malgré cela, les experts s’accordent à dire aujourd’hui qu’il peut être rentable.

Combien gagnez-vous en “stakant” l’Ethereum ?

Le pourcentage annuel estimé pour le “staking” de l’Ethereum 2.0 est d’environ 4,95 %, selon le site Stakingrewards. Le retour sur investissement pour le “staking” d’Ethereum est plus faible que celui de certains autres altcoins. Car plus le nombre de validateurs d’un réseau est élevé, plus la proportion des récompenses de “staking” est faible.

Le “staking” d’ETH 2.0 en vaut-il la peine ?

L’Ethereum 2.0. ainsi que le processus de “staking” méritent définitivement l’attention. Il permettra au réseau de devenir plus évolutif qu’il ne l’est aujourd’hui. En même temps, le processus de “staking” permettra aux utilisateurs de rendre leurs revenus stables.

Au bout de combien de temps mes ETH seront-il “stakés” ?

Les ETH nouvellement “stakés” seront soumis à une période de carence pouvant aller jusqu’à 20 jours ou plus (en fonction des conditions du réseau), avant de commencer à gagner des récompenses ETH2.

Puis-je déstocker mon Ethereum ?

La principale chose à savoir, c’est qu’il n’existe actuellement aucun moyen de désengager votre Ethereum. À l’heure actuelle, si vous décidez de miser, vous le faites pour une durée indéterminée. Le déblocage sera disponible lorsque la phase 1.5 d’ETH 2.0 sera lancée, ce qui pourrait prendre quelques années…

Qu’adviendra-t-il d’ETH lorsque ETH2 sortira ?

Selon son fondateur, Ethereum ne sera pas remplacé par ETH2. Ils fusionneront. La communauté a même inventé un terme pour désigner cette fusion : le “docking”, qui consiste à unir le minenet Ethereum à l’ETH2. La fusion complète sera si importante qu’elle mettra fin au concept de preuve de travail.

Quels sont les inconvénients du “staking” sur ETH 2.0 ?

En ce qui concerne les inconvénients, on peut bien sûr mentionner le fait qu’il ne remplit pas correctement son rôle de validateur. Vous subirez alors un malus et perdrez une partie des ETH que vous avez placés sur votre réseau.

Si vous êtes un validateur complet, cela ne devrait pas poser de problème, car vous pouvez vous arranger pour remplir correctement votre rôle. Le problème peut se poser si vous vous trouvez dans un groupe dont un (ou plusieurs) membre ne remplit pas correctement son rôle. Vous risquez d’être pénalisé à cause du comportement de cette personne.

Enfin, pour devenir un validateur, vous devez bloquer vos jetons ETH jusqu’à la version finale d’Ethereum 2.0. Par conséquent, vous ne pourrez pas disposer de vos jetons ETH de quelque manière que ce soit et ne pourrez pas les échanger.

Malheureusement, personne ne sait encore quand la version 2.0 du réseau sera lancée, il est donc  possible que vous ayez des jetons bloqués pendant encore quelques années.

Que va apporter au réseau Ethereum le passage à la preuve d’enjeu ?

Le passage de la preuve de travail à la preuve d’enjeu apportera plusieurs avantages au réseau Ethereum :

– Une vitesse accrue, car il ne sera plus nécessaire de traiter l’ensemble de la blockchain pour chaque transaction ;

– D’énormes économies d’énergie, car le PoW est très gourmand en ressources. Cela évitera à Ethereum de devenir une catastrophe environnementale si le réseau s’impose comme l’un des leaders dans ce secteur ;

– Une diminution des coûts de transaction en réduisant la complexité du processus d’approbation des transactions ;

– Une sécurité accrue, qui augmentera avec le nombre de validateurs sur le réseau ;

– Le développement de nombreux autres projets de crypto-monnaies basés sur la blockchain Ethereum. Jusqu’à présent, leurs limites ont été le faible nombre de transactions par seconde (une quinzaine), la lenteur des performances et les coûts élevés en cas de congestion du réseau.

Existe-t-il des alternatives au “staking” d’ETH ?

Certaines personnes souhaitent devenir des validateurs, mais ne veulent pas bloquer leurs jetons ETH indéfiniment. Par conséquent, ils ne peuvent pas participer au processus de validation du réseau. Heureusement, il existe une alternative proposée par Binance, l’une des bourses les plus respectées dans ce domaine : le “farming”.

Si vous utilisez le système Binance pour “farmer” des ETH, vous recevrez l’équivalent d’une paire BETH, valant exactement un ETH. Tant que vos jetons ETH sont verrouillés, vous pouvez vous servir des jetons BETH comme vous le feriez avec des ETH. Cet actif numérique peut donc être échangé ou retiré. Vous ne perdez donc aucun avantage en utilisant cette fonctionnalité de Binance.

Une fois la première phase du déploiement d’Ethereum 2.0 terminée et que le “sharding” sera mis en place, les jetons BETH pourront être échangés contre des ETH si vous le souhaitez. Notez que cela peut prendre un certain temps et qu’il faudra probablement au moins deux ans pour que le réseau Ethereum soit achevé.

Résumé sur le “staking” des jetons ETH

Il faudra attendre pour connaître le montant exact du profit ou du malus qui sera appliqué aux validateurs de réseau, car il n’y a pas encore d’annonce officielle à ce sujet. Il est probable que cela ne sera fait que lorsque Ethereum 2.0 sera pleinement opérationnel.

Pour devenir un validateur complet, il faut posséder 32 ETH. Toutefois, si vous ne disposez pas de ce montant, vous pouvez rejoindre un pool pour mettre en commun vos ressources existantes avec d’autres utilisateurs pour atteindre ce montant.

Si vous ne voulez pas que vos jetons soient bloqués sur le réseau, vous pouvez également utiliser l’option Binance, qui vous permettra de continuer à retirer et à négocier avec un jeton BETH de remplacement. Jusqu’à ce que le sharding Ethereum soit mis en œuvre.

Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :