Comment atteindre la Liberté Financière en 5 étapes ?

Introduction

Vous souhaitez atteindre la liberté financière absolue ? Dans mon Ebook, vous découvrirez un processus de 5 étapes pour atteindre la liberté financière. Mais avant de vous en dire davantage en ce qui concerne mon Ebook. Je vous suggère de poursuivre votre lecture pour vous donner un avant goût !

Nous l’oublions souvent mais pour rappel, la vie est courte et nous ne vivons qu’une seule fois. C’est pour cela que nous devrions tous aspirer à être maître de notre temps. Une solution pour accomplir cela serait d’atteindre la liberté financière. En effet, dans un monde idéal, un individu ne devrait pas avoir des contraintes liées à l’argent et au temps ; notre temps est précieux et devrait être consacré pour faire ce qui nous plaît réellement.

Toutefois, nous ne pouvons pas négliger l’aspect financier dans un monde où l’argent est roi. Prenons du recul, lorsqu’un individu travaille, il devient esclave de l’argent et surtout de son temps. Effectivement, un individu exécutant le processus métro-boulot-dodo a des contraintes au niveau de son temps. Son métier devient le noyau central de sa vie ! Et il devra s’organiser pour mettre autour de ce noyau central, les activités qu’il aime réellement faire.

“Père riche, père pauvre”

Avez-vous lu le bouquin « Père riche, père pauvre » de R. Kiyosaki ? Si oui, ce sera plus facile de comprendre mon point de vue. Dans le cas contraire, je vous recommande fortement de poursuivre la lecture de cet article. Je vous recommande également de prendre connaissance du parcours d’Arnold Schwarzenegger. En effet, pour votre information, sachez que l’ancien gouverneur de la Californie a atteint la liberté financière avant même de devenir célèbre !

Avant d’aller plus loin, je me dois de vous donner une définition de ce qu’est la liberté financière. La liberté financière est la « capacité pour un individu de ne plus être dépendant d’un emploi pour vivre, de faire ce qui l’intéresse réellement dans la vie et d’être lui-même. Cette liberté s’exprime tant au niveau de la relation à la consommation, au travail, au temps, qu’au niveau du détachement à l’argent lui-même ».

Le temps

Si nous retraçons sur une ligne du temps la vie d’un individu (selon la société contemporaine) se constitue de 3 étapes :

Figure 1

0 – 23 ans :

Ce premier cycle va permettre à un individu de s’instruire et lui donner les principales indications concernant le métier qu’il souhaitera exercer plus tard dans sa vie professionnelle.

Ce cycle peut se terminer à 18 ans si l’individu ne souhaite pas faire d’études supérieures, à 23 ans s’il souhaite poursuivre son éducation à l’université ou encore à 30 ans si l’individu souhaite faire des études de médecine et effectuer une spécialisation. Je n’ai pas pris en compte les échecs, les réorientations scolaires etc.

23 – 65 ans :

Ce deuxième cycle va permettre à un individu de se responsabiliser, se prendre en charge au niveau financier et de se réaliser. Ce cycle doit durer en moyenne 40 ans si vous souhaitez être pris en charge par l’état lorsque vous prendrez votre retraite professionnelle…

65 – 85 ans : 

Je ne suis pas dans ce cycle, mon point de vue ne sera peut-être pas pertinent. Mais je pense que nous pouvons tous avoir notre avis en observant nos grands-parents par exemple. A titre indicatif, j’ai eu l’occasion de discuter avec des personnes retraitées.

Ce que je retiens c’est qu’elles regrettent de ne pas avoir pris de risques étant plus jeunes. Comme par exemple ne pas avoir créé un business, ne pas avoir pris le temps de voyager, ne pas avoir passé plus de temps avec leurs proches, …

Temps = Argent ?

Cet adage est le symbole même de notre société capitaliste. Malheureusement, beaucoup d’entre nous croyons en cela et c’est tout à fait compréhensible. Effectivement, nous partons du postulat qu’il faut consacrer son temps afin d’obtenir une compensation financière, ceci dans l’optique de régler nos factures, pouvoir nous offrir le dernier Iphone ou encore pour pouvoir nous offrir des vacances. Certes nous vivons dans une société consommatrice qui nous incite à dépenser tout l’argent durement obtenu !

Personnellement, je ne partage pas l’idée que le temps soit l’équivalent de l’argent, puisque le temps est notre principale ressource qui ne fait que s’écouler, alors que l’argent vient puis s’en va. Pour rappel, à une certaine époque, les individus s’échangeaient les biens et les services sans dépenser le moindre sou par le biais du troc.  En effet, l’argent a connu plusieurs évolutions avant d’être matérialisé sous forme de billets et de pièces. Aujourd’hui, nous pouvons effectuer des transactions par voie électronique (paiement mobile, virement bancaire, …) et qui sait la Blockchain sera peut-être le nouvel instrument pour effectuer des paiements.

La semaine de 168 heures

Comme vous le savez sans doute, une semaine est composée de 168 heures. En moyenne, si nous prenons la répartition du temps d’une personne travaillant 5 jours sur 7 dans le rythme « métro-boulot-dodo », voici comment cette dernière se répartit :

  • 40 heures de travail (5*8h) ;
  • 56 heures de sommeil (7*8h) ;
  • 10 heures de transport (5*2h) ;
  • 14 heures consacrées pour préparer et manger un repas (7 * 2h) ;
  • 2 heures et 20 minutes passées dans la salle de bain (7*20 min).

Pour résumer, un individu dans le rythme « métro-boulot-dodo » a en moyenne 46h de temps libre par semaine où il pourra le consacrer avec sa compagne, sa famille, ses amis, pour faire du sport, ou encore pour glander sur Facebook …

La gestion du temps est donc primordiale. Planifiez votre semaine et utilisez au maximum votre temps libre pour créer une activité complémentaire ou encore pour développer une expertise !! Prenez votre avenir financier en main, faites-en sorte de ne plus dépendre de l’Etat ou votre employeur pour subvenir à vos besoins. En effet, avoir le bon état d’esprit est primordial si vous souhaitez atteindre la liberté financière.


“Si la liberté financière était une discipline olympique, je la considérerais comme un marathon”. E2MW


L’argent c’est quoi ?

Avant de répondre à cette question, il est important de s’intéresser à qui crée la monnaie. Beaucoup d’entre vous pensez que c’est l’Etat qui fabrique l’argent grâce à la fameuse « planche à billet ». Vous n’avez pas tort de penser cela, tout dépend de la monnaie dont on parle.

En fait, il existe deux types de monnaie :

La monnaie scripturale

La monnaie scripturale correspond aux sommes déposées sur les comptes courants par les entreprises ou les particuliers auprès d’établissements financiers. Cette monnaie circule par le biais de moyens paiements scripturaux tels que les chèques, les virements bancaires, les prélèvements et les cartes. La monnaie scripturale peut à tout moment être transformée en pièces ou en billets de banque.  La monnaie scripturale concerne 90 % des transactions financières dans le monde. Cette monnaie est en réalité un simple jeu d’écritures ente comptes : un compte est crédité par le débit d’un autre compte. Par exemple, lorsque vous regardez vos soldes bancaires, ces montants sont exprimés en monnaie scripturale.

La monnaie fiduciaire

La monnaie fiduciaire est la monnaie qui comprend les pièces et les billets de banque qui se caractérise par le fait que sa valeur est déterminée par la confiance que lui accorde ses utilisateurs plutôt que par son coût de production. En d’autres termes, cela signifie qu’un billet de 100 euros vaut cette valeur non pas en raison de son coût de production, mais en raison du fait que les utilisateurs considèrent que ce billet leur permettra d’acheter quelque chose (bien ou service) d’une valeur de 100 euros. La monnaie fiduciaire représente une fraction limitée (environ 15%) de la masse monétaire en circulation.  Pour votre information, sachez que le coût de production d’un billet de 20 $ est de 0,12 $ !

Vous avez pris connaissance des deux types de monnaies existantes, mais ce n’est pas pour autant que ça vous donne vraiment une notion de ce qu’est réellement l’argent. Beaucoup pensent que sans argent il est impossible de vivre, d’autres pensent qu’il est nécessaire d’échanger son temps pour en acquérir, …

Selon le Larousse, l’argent c’est :

  • « Toute monnaie métallique ou tout papier-monnaie accepté comme numéraire : Un portefeuille contenant de l’argent.
  • Ensemble du numéraire, des valeurs, des biens ; fortune : Il a beaucoup d’argent. »[2]

A titre personnel, cette définition ne m’aide pas vraiment à comprendre ce qu’est réellement l’argent, pourtant nous connaissons tous l’utilité de l’argent.  

En fait, vous devez retenir que l’argent est un instrument qui a une grande influence sur nos choix de vie. Par exemple, pour une jeune adolescente l’argent gagné à travers des jobs étudiants va lui permettre de s’offrir un Iphone ou encore une place pour la « Tomorrowland » ; pour une maman, l’argent va lui permettre de subvenir aux besoins de ses enfants. C’est pour cela que je vous recommande fortement de connaître votre rapport vis-à-vis de l’argent.

La liberté financière est une étape

Une dernière chose importante, peu importe le montant que vous aurez accumulé durant votre vie, nous l’oublions souvent mais nous sommes que de passage sur Terre…

Salaire vs dépenses

Selon moi, la gestion de votre revenu va déterminer si votre avenir au niveau financier sera radieux ou non. Effectivement, si comme Mr. Tout le monde, vous dépensez sans compter pour des biens ou des services qui ne sont pas primordiaux, alors il y a de fortes chances que vous ayez des difficultés à joindre les 2 bouts. Cela revient à dire que vous préférez satisfaire des besoins à court terme au détriment d’un avenir meilleur. Pour que vous comprenez l’importance de la gestion des dépenses, je vais vous résumer une des choses qui m’a frappée lors de la lecture de « La chèvre de ma mère » de R. WANYAMA.

« Régler sa dépense sur son revenu, c’est sagesse ; dépenser tout son revenu, c’est imprudence ; dépenser plus que son revenu, c’est folie ! »[3]

“La chèvre de ma mère”

Dans ce bouquin, R. Wanyama nous fait comprendre l’importance de faire des sacrifices quant à la consommation immédiate afin d’assurer notre avenir financier.  Pour vous mettre dans le contexte du livre, le père de Ricardo était propriétaire d’une ferme et de plusieurs plantations de café, il était un des hommes les plus riches de la région. Ses enfants mangeaient de la viande à volonté et menaient une vie agréable.

Malheureusement, lorsque son père avait à peine 40 ans, il décéda. Selon la coutume du village, les héritiers légitimes n’étaient pas les épouses ou les enfants mais la famille du défunt. Les oncles paternels de Ricardo deviennent alors les nouveaux propriétaires de la ferme et des plantations.

Par reconnaissance, les nouveaux héritiers offrent une chèvre à la mère de Ricardo et également une autre chèvre à la 2ème épouse. Les deux mères vont agir de 2 manières différentes. La mère de Ricardo va opter pour la conservation de la chèvre, ce qui oblige Ricardo et ses frères à manger uniquement des patates douces, des feuilles de manioc et des courges. La co-épouse va quant à elle tuer la chèvre afin de permettre à ses enfants de consommer de la viande.

Plusieurs mois après la mort du père, la chèvre de la mère de Ricardo donna naissance à un chevreau, quelques mois plus tard, 2 autres chèvres ont vu le jour. En quelques années, la mère de Ricardo possédait un troupeau de chèvres et des boucs…

Avez-vous donc saisi l’importance d’éviter les consommations immédiates et futiles ?

Recommandations

C’est probablement mon côté « Picsou », mais je compte le moindre centime dépensé et économisé.  Lorsque j’ai atteint mon fond de sécurité (voir plus bas), j’ai opté pour la stratégie suivante :

  1. Je paye mes coûts fixes (loyer, abonnement fitness, …) ce qui représente 20 % de mon salaire ;
  2. J’investis tous les mois 55% de mon salaire !!
  3. Il me reste donc 25 % pour couvrir mes coûts variables.

Par ailleurs, je profite pour vous communiquer une info qui joue en ma faveur, je ne fais pratiquement jamais les courses !! Je prends la nourriture préparée par ma maman…

Votre objectif sera de minimiser mois après mois vos coûts variables. Si vous avez une augmentation de salaire, n’augmentez surtout pas vos dépenses !

Le compte épargne

90 % des gens se constituent une épargne en croyant que cela les enrichira. En effet, vous êtes nombreux à économiser jusqu’à votre retraite. Certains le font pour s’acheter un appartement ou une maison dans un pays plus exotique afin de profiter de leurs vieux jours, d’autres conservent cette épargne en guise d’héritage !

Bref laisser son argent sur un compte épargne vous fera perdre de l’argent ! Sachez que le taux de rendement d’un compte épargne est plus faible que le taux d’inflation, autrement dit vous perdrez de votre futur pouvoir d’achat.

Recommandations

L’argent disponible sur le compte épargne doit selon moi avoir les utilités suivantes :

  1. Fond de sécurité :

Le fond de sécurité doit permettre de couvrir vos dépenses pour les mauvais jours mais également permettre de couvrir vos coûts fixes et variables pour une durée de 3 mois minimum. Il est très important d’avoir des liquidités pour faire face aux mauvais jours

  • Capital disponible pour investir :

Une fois que vous avez atteint votre fond de sécurité ! Vous pourrez commencer à investir en bourse si vous décidez de commencer par ce pilier. Ou continuer à épargner davantage si vous souhaitez commencer par le pilier immobilier.

  •  Loisirs :

La dernière utilité est facultative à vous de budgétiser de manière rationnelle cette rubrique.  Faites-vous plaisir mais je vous suggère de respecter votre budget !

Actif vs passif

Source :

Figure 2

Pour beaucoup de personnes, il est difficile de faire la distinction entre un actif et un passif. Pour faire simple, un actif a eu une valeur économique positive, cela se traduit par une entrée de ressources alors qu’un passif a une valeur économique négative, cela se traduit par une sortie de ressources.

La Figure 2 qui est tirée du bouquin « Père riche, père pauvre » permet de comprendre la différence entre la classe moyenne et les riches.  D’un côté, la classe moyenne a comme unique source de revenu le salaire provenant de leur travail et achète que des passifs. D’un autre côté, les riches ont plusieurs sources de revenus provenant de leurs actifs. En effet, les riches achètent des actifs, mais également des passifs pour financer l’acquisition d’autres actifs (immeuble de rapports, création d’entreprises…).

Prenons 2 cas pratiques afin d’illustrer les erreurs de Mr tout le monde :

Achat d’une voiture neuve à crédit

L’achat d’une voiture neuve à crédit qu’une personne effectue est souvent dans la plupart des cas pas réfléchi et va avoir des répercussions financières. En effet, ce type d’achat est souvent perçu comme l’acquisition d’un actif.  Autrement dit, Mr. tout le monde pense que sa voiture neuve est un actif… Soyons pragmatiques et analysons cet achat d’un point de vue financier.

Tout d’abord, une voiture neuve sortie du concessionnaire perd automatiquement 20 % de sa valeur mais le crédit portera sur le prix d’acquisition de cette dernière. Ensuite, une voiture engendre des coûts (essence, taxe de circulation, contrat d’assurance, frais d’entretiens) sans oublier qu’une voiture perd de sa valeur au fil du temps… Vous l’aurez compris une voiture achetée à utilisation personnelle est un passif et non un actif !

Toutefois, votre véhicule peut être considéré comme un actif si vous la mettez en location ou encore si vous êtes indépendant. Effectivement, un indépendant qui achète une voiture neuve aura de nombreux avantages.  Il pourra déduire une partie de la TVA (en Belgique il est possible de déduire 50% de la TVA), il pourra par exemple amortir le bien sur une durée de 5 ans, cela lui permettra d’augmenter les charges afin de diminuer la base imposable afin d’optimiser les impôts à payer !!

« La folie c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent »[4] 

Achat de sa résidence principale à crédit

Mr tout le monde en a marre de louer son appartement et souhaiterait devenir propriétaire. Selon lui, payer un loyer chaque mois est de l’argent perdu. De ce fait, il veut devenir propriétaire de sa future résidence ! Pour cela, il va se fixer comme objectif d’économiser un maximum de ses revenus afin de financer l’achat de sa future propriété… 2 ans plus tard, il parvient à économiser 15 000 € et peut donc avoir accès au crédit hypothécaire.

Mr tout le monde a eu le coup foudre pour un appartement d’une valeur de 95 000 €. Il va prendre rendez-vous avec 4 banques afin de comparer les taux d’intérêts et choisir celle qui lui offrira le meilleur taux !

Après réflexion, il souhaite que la durée de l’emprunt soit étalée sur 15 ans pour éviter de payer trop d’intérêts, il va donc comparer les taux d’intérêts de 4 banques pour une durée de 15 ans. Il choisit la banque C qui lui propose les meilleurs taux pour cette durée. Bref, Mr. tout le monde est heureux de son « nouvel actif ».

Résidence principale : Actif ou Passif

Analysons maintenant si l’achat de la résidence principale de Mr. tout le monde est un actif ou un passif :

  • Payer tous les mois des mensualités à la banque : sortie d’argent
  • Régler les factures liées à la consommation d’électricité et de l’eau : sortie d’argent
  • Verser chaque année un précompte mobilier : sortie d’argent

Vous l’avez deviné l’achat de sa résidence principale à crédit est un passif. En plus de ces diverses dépenses Mr. tout le monde perdra sa capacité d’investissement.

De plus, vous devez comprendre que vous serez propriétaire de votre résidence que lorsque vous aurez payé la dernière mensualité. Durant toute la durée du prêt, le bien immobilier appartient à votre banque !!

Vous devez voir l’immobilier comme la plantation d’un arbre vous permettant de récolter des fruits chaque mois !! Pour cette raison, je vous recommande de rester locataire afin d’augmenter votre capacité d’endettement.

Recommandations

La première chose à faire est de contacter des courtiers spécialisés dans les prêts hypothécaires et non des banques. Les courtiers vont analyser votre projet immobilier et si le projet est accepté, ils vont contacter les banques afin de financer votre projet. Certes, passer par un courtier engendrera des coûts puisque ce dernier percevra sa commission. Cependant, un courtier va vous permettre de gagner du temps et surtout de maximiser vos chances d’obtenir un crédit. En effet, un courtier a son propre réseau professionnel et connaît donc les personnes au sein des banques qui vont faciliter votre demande de prêt.

Deuxièmement, vous devez choisir la durée la plus longue, à savoir 25 ans voire 30 ans. Ceci vous permettra de payer des mensualités plus faibles et de percevoir un cash-flow net mensuel plus élevé. De plus, ce qui est intéressant lorsque vous optez pour une durée plus longue, vous pouvez toujours renégocier pour une durée plus courte, l’inverse est casi impossible !

Troisièmement, vous devriez opter pour des biens ayant des problèmes (travaux, tuyauterie, électricité, …). En effet, pour rappel, l’offre et la demande d’un bien vont déterminer le prix de ce dernier. Etant donné que les biens immobiliers nécessitants des travaux font fuir un grand nombre de personnes, le prix sera revu à la baisse.

Enfin, je vous suggère de vous focaliser sur les immeubles de rapports ! En effet, si vous êtes le seul et unique propriétaire cela vous permet de ne pas payer des frais de copropriété ;

  • Vous pouvez répartir le risque entre plusieurs personnes en cas d’impayés d’un de vos locataires ;
  • Contrairement à la copropriété, vous ne devez pas subir les décisions des propriétaires ayant plus de voies lors de l’assemblée générale annuelle ;
  • Le prix au mètre carré est plus faible ;
  • Votre cash-flow mensuel est plus élevé.

Ma solution pour atteindre la liberté financière

Si vous souhaitez en savoir plus sur la liberté financière, je vous suggère de vous procurer mon ebook.

Dans cet ebook de 40 pages, je vous partage les principaux enseignements d’autres ouvrages en ce qui concerne la liberté financière mais également 2 cas pratiques avec de vrais chiffres à la clef :

  1. Une voie rapide, liberté financière atteint au bout de 3 ans et 6 mois
  2. Une voie lente, liberté financière atteinte au bout de 4 ans et 8 mois

Un schéma récapitulatif avec toutes les étapes du processus vous sera également fourni !

A la fin de cet ouvrage vous aurez accès à un BONUS INEDIT !

Ce BONUS INEDIT vous donne accès à des informations pouvant vous permettre de réaliser des rendements qui dépassent l’entendement…En temps normal, pour avoir accès à ces informations, vous devriez dépenser une petite fortune !! Mais attention qui dit potentielle grosse performance dit prise de risque…

Lisez-moi et vous verrez que la liberté financière est à portée de tous!


[1] Jim ROHN

[2] https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/argent/5167

[3] David Augustin de Brueys – Les amusements de la raison (1721)

[4] Albert EINSTEIN

Comments
  • Bonjour, merci beaucoup pour cet article très intéressant ! J’aime beaucoup ta définition de la liberté financière, c’est exactement ça. Ne plus devoir faire un métier parce qu’on doit en faire un pour vivre, mais vivre en faisant ce que l’on aime.

    • Je te remercie Julie pour ton commentaire. Oui, il est important de trouver sa voie afin de vivre pleinement sa vie ! Au japon, ils appellent ça “IKIGAI”.

      Je t’invite fortement à t’y intéresser.

      J’en parlerai prochainement sur ma chaîne YouTube.

  • Merci beaucoup pour votre ebook ! Un ami me l’avait conseillé, et je n’en ai pas été déçu ! Je ne pensais pas qu’atteindre la liberté financière pouvait être possible honnêtement, à moins de gagner au loto ou d’être déjà riche. Votre livre m’a montré le contraire, merci

  • Bonjour, merci pour votre article très instructif. Je me demandais, pour la partie concernant l’immobilier, pourquoi dites-vous qu’il faut augmenter sa capacité d’endettement ? N’est-ce pas mieux au contraire de devenir propriétaire ? Car en soit, l’argent que l’on verse en tant que locataire se perd, tandis que lors d’un prêt, c’est comme si on était locataire, mais on paye pour notre propre bien, non ?

    • Bonjour Richard,

      La capacité d’endettement ou encore la capacité d’emprunt, représente le montant du crédit maximum. Ce n’est pas à vous mais à votre banquier de déterminer votre capacité d’endettement.

      Pour déterminer votre capacité d’endettement, votre banquier s’appuiera sur les 2 éléments suivants :

      1) Taux d’endettement : c’est le pourcentage de vos engagements (dettes, crédits en cours) par rapport à l’ensemble de vos revenus.

      2) Reste à vivre : c’est le solde qui reste sur votre compte après paiement des coûts fixes (crédits en cours, électricité, loyer, assurances…) ainsi que les coûts variables (essence, nourriture, fitness, loisirs,…).

      Plus votre capacité d’endettement est importante et plus les chances d’obtenir un OUI de votre banquier augmentent considérablement !

      Comme illustré dans la Figure 2, si vous utilisez le crédit pour vivre dans votre maison, ceci ne vous rapportera pas d’argent (pas de locataires). Votre maison sera donc un PASSIF.

      A l’inverse, si vous restez locataire de votre logement, et que vous utilisez le crédit pour pour acheter une maison et y installez des locataires afin de recevoir des revenus complémentaires, par la même occasion vous augmenterez votre capacité d’endettement puisque votre maison est un ACTIF dans ce cas de figure.

  • Je déteste l’adage « le temps c’est de l’argent » », et pourtant c’est tellement notre société aujourd’hui… On nous demande d‘être tout le temps disponible, la plupart du temps pour un job sous-payé… Au final entre le job et le temps de transport, il reste peu de temps pour notre personnel. Sauf si on la chance d’avoir un métier où l’on ne sort pas trop tard, et que l’on n’habite pas trop loin de son entreprise. En tout je ne fais pas partie de ces chanceux ^^’
    Ton article me fait réfléchir, car je suis à un moment de ma vie où je commence à en avoir marre de devoir travailler comme cela (pas bien payé, horaires tardifs, long trajets maison-boulot). Je rêve d’acquérir une liberté financière, qui me permettrait d’avoir enfin du temps pour moi et faire ce qui me plaît.
    Je me laisse tenter par ton ebook, j’espère que ce dernier pourra m’aider à atteindre mon objectif de liberté financière ! 😊

  • Bon article, bien documenté, c’est un plaisir de vous lire ! J’aime beaucoup les exemples choisis pour illustrer le cas du passif/actif.
    Vous avez tout à fait raison pour l’immobilier, rester locataire un certain temps pour augmenter sa capacité d’endettement est le bon raisonnement, les gens pensent trop à vouloir être propriétaires « dès qu’ils le peuvent ». Je suis intéressé par lire la suite dans votre ebook, je l’achète et reviendrai vers vous pour vous dire ce que j’en ai pensé

  • Hello, je me demandais après avoir lu ton article, sur l’exemple de la voiture, recommanderais-tu alors d’acheter une voiture d’occasion ? Est-ce que cela est une mauvaise idée d’acheter une voiture neuve au vue de sa décote ensuite ?

    • Hello Felan,

      Comme dit dans l’article, l’achat d’une voiture est un passif, je recommande d’éviter ce type d’achat.

      Si la voiture est une nécessité (job, enfant, vie à la campagne …) alors opte pour la voiture d’occasion.

      Toutefois, je te suggère également de faire un budget afin d’analyser si cet achat va être une entrave au niveau de tes finances personnelles.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :